+

Entretien avec Denis, coordinateur technique

Denis a récemment changé de poste chez Netconcept. Passé de technicien cordiste à coordinateur technique, il nous explique ce changement et nous parle de son parcours.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Denis, je suis coordinateur technique chez Netconcept depuis 1 mois et demi. J’ai d’abord commencé en tant que cordiste en 2000, j’arrive chez Netconcept en 2006, et je suis aujourd’hui coordinateur technique. J’ai par la suite obtenu mon CQP 2 (certificat de qualification professionnelle).

En tant que coordinateur technique, je gère la relation entre les techniciens et la partie commerciale, et je m’occupe de la sécurité sur les chantiers : je retransmets aux techniciens les consignes de sécurité prévues sur les plans de prévention des clients. Je réalise également les devis techniques, qui vont indiquer toutes les informations relatives au métrage, la façon d’accéder au poste de travail en sécurité, … Je suis aussi amené à conseiller les clients. Actuellement, je gère également le chantier du parlement Européen.

DRS_4486_DxO

Comment s’est passée ta reconversion?

A vrai dire, je suis encore en pleine reconversion, cela fait seulement un mois et demi que je suis devenu coordinateur technique. J’ai changé de poste car j’ai tout de même 45 ans, il a fallu que je pense aux prochaines années car, il faut le dire, être cordiste est un métier très physique. Ce qui est intéressant, c’est que je peux apporter mes connaissances du terrain.

Qu’est-ce qui te plaît dans ce nouveau poste ?

Je trouve ce nouveau poste intéressant au niveau de la relation avec les techniciens, je peux leur apporter de vraies solutions et les accompagner tout au long de leurs chantiers. Mais aussi dans la relation avec les clients, en discutant avec eux je comprends leurs besoins, et suis capable de leur proposer des interventions efficaces et en toute sécurité.

Selon toi, comment a évolué le métier de cordiste au fil des années ?

Cordiste

Au départ, ce métier n’était pas vraiment réglementé, anonyme, et plutôt mal connu ; aujourd’hui, on constate qu’il s’est véritablement professionnalisé. Par rapport aux débuts du métier, c’est-à-dire la période à la fin des années 90, la sécurité n’était pas très importante ; parfois, les techniciens ne travaillaient qu’avec une seule corde. Aujourd’hui on fait très attention, la sécurité s’est renforcée et est devenue une priorité. Il s’agit d’un métier à la fois manuel et précis : on détermine comment accéder à une zone de travail sécurisée, tout en respectant les normes DTU. Le métier de cordiste s’est également beaucoup diversifié au niveau des corps de métier : on peut être amené à utiliser de la soudure, de la zinguerie comme de l’électricité ou de la maçonnerie, afin de pouvoir répondre à la demande du client.

Quels sont tes projets désormais ?

Pour l’instant, ce changement de poste est encore tout neuf, je découvre encore mon nouveau métier et je prends mes marques. Il me tient à cœur de transmettre mes connaissances de cordiste aux jeunes qui arrivent dans l’entreprise ainsi que la fibre sécurité, très importante dans notre métier !

 

Comments are closed.